samedi 12 mai 2018

jeudi 19 avril 2018

Pause



Avis de tempête
je ne sors pas de ma cachette
au port j'espère l'éclaircie

Que me veut-elle
cette ombre qui me suit
jour et nuit





vendredi 6 avril 2018

Herbier de poésies - page 107

Béla Kadar, la femme au chat

Mélancolique
Qu'imagine t elle 
Cette femme au chat 

Ce matin la coupe est pleine
Les pommes forment un coeur
Et le vase attend son bouquet



Blanc le tulle de la mariée
Rouge la bague au doigt
Bleu la fourrure du chat

Une dernière douceur
Avant la nuit de noce

vendredi 30 mars 2018

Herbier de poésies - page 106


photo Joseph Eid pour AFP et sur RTL "Il y a des hommes, des rêves, et des objets plus forts que la guerre, et Mohammed Mahiedine Anis, sa collection de voitures anciennes, sa pipe et son phonographe, en font partie", écrit Joseph Eid, photographe à Beyrouth, en reportage en Syrie.   Détail Une vidéo ici : <iframe width="661" height="372" src="https://http://feeds.feedburner.com/~r/ImagesEtRves/~4/KfvnBnSNRZA?utm_source=feedburner&utm_medium=email

Cela ne cessera donc jamais
Les hommes ont encore fait trembler la terre
Ce territoire doit être maudit

Je cultivais des vignes 
Sur les pentes des montagnes
Des agrumes dans la plaine fertile
Cette terre était un jardin 
Un avant goût du paradis

Depuis des siècles et des siècles
Les peuples se sont révoltés
Tout va de mal en pire
Depuis les années soixante-dix
Quand la libanisation a commencé
Et je n'arrive pas à en imaginer la fin

De ma chambre que me reste t-il 
Quelques loques, ma pipe
Et la voix d'Enrico Caruso
Qui grésille en 78 tours
Sur mon phonographe 


vendredi 23 mars 2018

Herbier de poésies - page 105




Doris Salcedo  Atrabiliarios, 1992-2004, chaussures, mur, bois, fibres animales
Musée d’Art contemporain de Chicago

Cendrillon en fuite
abandonne sa chaussure
- qui la retrouvera

Privée de souliers
malmenée par le vent 
elle chevauche les nuages

Pieds nus, vulnérable
elle  a  perdu  sa  liberté






vendredi 16 mars 2018

Herbier de poésies - page 104



*https://www.facebook.com/Paul.Bennett.Artist/ 

Ciel d’équinoxe 
l'océan à l'assaut des dunes
- Plage ensanglantée


vendredi 9 mars 2018

Herbier de poésies - page 103


Richard Dadd, Le coup de maître du bûcheron-magicien, 1855-1864, huile sur toile, 54 x 39 cm, Tate Britain, Londres

Sur la toile le temps n'est pas figé
Le peintre anime ses personnages
Chacun a son rôle à jouer

Sonnez trompettes
Sonnez les cors
Oyez oyez
Le Roi et la Reine Marguerite
S'en viennent

Place place
 Serfs et  Vilains
Pousse ton araire
Soigne ta vigne 
Et prépare tes tonneaux


Tandis que sous la terre
Vit un peuple plein de mystères
Venant de tous les continents
Des filles déguisées en bergères
En fées ou en sorcières
Des Lilliputiens des gnomes 
Aux premières loges pour l'exécution

 Des conquistadors emplumés
Attendent le spectacle
Déjà le Bûcheron lève sa hache
Pour son coup de Maître

Le peintre a encore à la main
Sa palette et ses pinceaux




vendredi 16 février 2018

Herbier de poésies - page 100


* Photo Adamante

Ce que je vais vous conter va vous paraître incroyable. 
Il neigeait 
 Cela est naturel en février, cependant par ici tout s'en trouve désorganisé...

Plus de voiture
 un chemin impraticable
retrouver ses marques

Dans un placard je dénichais de vieilles bottes en daim, dans un tiroir des gants et un bonnet en laine ainsi équipée je suis partie...

Toute cette blancheur
agrandissait le jardin
- Féerie

Prenant le chemin de la forêt je longeais les maisons voisines et familières. Écrasant la neige crissante, je marchais en état second l'esprit libre. Seuls mes pas me guidaient et tout à coup je le vis.

Jardin des fées
neige blanche et rosée
vision irréelle

Les flocons avaient fait surgir des fleurs sur les arbres, les troncs soulignés prenaient un relief inattendu, les mousses au sol s’éclaircissaient, les elfes allaient surgir et danser.

Le petit peuple
réveillé par l'inattendu
exultait de plaisir

Immobile et subjuguée je suis restée à les contempler, rêvant de métamorphose afin de partager cette magie indéfiniment.



vendredi 9 février 2018

Herbier de poésies - page 99


Photo ABC

Masque tragique
Création d'un artiste cubique 

Le phare s'éteint
Sa lentille éparpillée
Ne sauvera pas les pêcheurs

Miroir brisé
La sirène aux yeux bleus
Pleure des larmes de sang



vendredi 2 février 2018

Herbiers de poésie page 98

James Abbott McNeill Whistler, Nocturne en noir et or, La fusée retombante, 1875,huile sur bois, 60 x 46 cm, Detroit Institute of Arts, Detroit


D'un vacarme assourdissant
Un monstre surgit gueule béante
Crachant sa langue de feu
Dans le ciel crépusculaire

Les étoiles pleurent des étincelles


Mannequins tétanisées 
Des ombres passives à l'écart de la ville
Restent sur la rive
Devant l'artificielle
Perturbation de l'ordre régulier de la nature 

Un rendez-vous avec l'au-delà




dimanche 28 janvier 2018

Printemps des poètes


"Qui est naturellement paresseux se met avec ardeur à ne rien faire"

Quelle vie existerait sur terre
Si l’ardeur n’existait pas
Plus d’Amour brûlant
Plus de soleil ardent
Adieu la Passion
Adieu le Désir
La Colère
Vigueur
Flammes
Pétillantes
Odeur piquante
Aiguillon stimulant
Dans l’infinité du temps
Et si l’ardeur n’existait pas
Quelle vie existerait sur terre